Présentation historique | Grand Hotel Majestic "Già Baglioni" - Luxury 5 stars Hotel
X

BEST RATE GUARANTEED

Arrivée
Nuits
Chambres Adultes
Enfants
1-12  
 
Code spécial

Présentation historique

Le Grand Hotel Majestic già Baglioni, le plus prestigieux et unique hôtel 5 étoiles catégorie luxe de la ville de Bologne, affilié à The Leading Hotels of the World depuis 1990, vous invite à découvrir son histoire à travers son prestigieux édifice du XVIII siècle, ainsi que la fabuleuse ville de Bologne, destination unique au monde pour ses 38km d’arcades et son université la plus ancienne du monde occidental.

Histoire

L’imposant édifice fut réalisé selon le projet de l’architecte Alfonso Torreggiani, suite à la volonté du Cardinal Prospero Lambertini, sacré Pape Benoit XIV en 1740. Il a été construit spécialement devant la Cathédrale Saint-Pierre, en tant que Séminaire archiépiscopal. Sur le même emplacement, traversé par une ancienne route romaine, s’érigeaient les premières demeures médiévales des Arioste, Rustighelli e Arrigoni.

En 1912 l’édifice fut transformé en hôtel et l’activité continua jusqu’en 1978. L’aspect actuel du Grand Hotel Majestic già Baglioni est le fruit d’une relecture architectonique qui a restauré les structures portantes de Torreggiani et valorisé de nouveaux espaces, en donnant du relief à la vue octogonale de la Tour du Palais Fava.
Le Grand Hotel Majestic già Baglioni offre également à ses hôtes le plaisir d’un séjour au contact d’importants témoignages artistiques. Les célèbres fresques des salles du Palais Fava  où Augustin, Annibal et Ludovic Carrache représentent l’histoire d’Europe et de Jason, appartiennent aux plus hautes expressions de la peinture du XVI siècle. Les meetings et les réunions au cœur d’une intense magie culturelle, bénéficient d’une incomparable image. 

 

L'edifice

L’imposant et fastueux édifice qui depuis un siècle déjà accueille les salles d’un des hôtels les plus beaux d’Italie, s’élève dans la rue la plus caractéristique du centre historique de Bologne. Il avait à l’origine une toute autre vocation. En effet, en 1732, le Cardinal de Bologne Prospero Lambertini (sacré Pape, ultérieurement avec le nom de Benoît XIV) ordonna de commencer la construction d’un nouveau Séminaire archiépiscopal.
Il acheta alors la partie antérieure des anciennes demeures des Arioste (acte de juin 1732) et la fit démolir. Les travaux furent confiés à l’architecte Alfonso Torregiani et continuèrent pendant vingt ans. En 1751 les séminaristes purent enfin s’installer dans la nouvelle construction.

En 1772 le Cardinal Vincenzo Malvezzi fit construire le portique à 23 arcades au rez-de-chaussée de la façade donnant sur la via dell’Indipendenza, en détruisant donc quelques salles du séminaire. La décision fut prise dans le but de rendre plus praticable l’espace situé en face de la cathédrale Saint-Pierre. L’oeuvre fut confiée à l’architecte Francesco Tadolini qui l’acheva en un an.

La structure architectonique du Grand Hôtel réunit celui-ci en un unique assemblage à une construction plus ancienne, l’élégant palais Ghisilardi Fava, dont l’entrée principale est aujourd’hui située dans une rue adjacente, via Manzoni. Commandé par Bartolomeo Ghisilardi et construit entre 1484 et 1491, d’après le projet du maître Zilio Montanari, ce palais peut être considéré comme l’un des exemples de construction les plus illustres de cette période à Bologne. Actuellement l’édifice fait partie d’un parcours historique et artistique élaboré par Genus Bononiae – Fondazione Carisbo, qui souhaite valoriser le patrimoine et le caractère particulier de la ville de Bologne.

L’édifice est situé à l’un des emplacements les plus intéressants d’un point de vue archéologique et architectonique de tout le centre ville. Se trouvant à proximité du carrefour des deux axes principaux du réseau routier romain (le cardo, aujourd’hui via dell’Indipendenza, direction nord-sud, et le decumanus maximus, aujourd’hui via Rizzoli-Ugo Bassi, section urbaine de la via Emilia de l’année 189 avant J.C, direction est-ouest), nombreuses sont les superpositions de constructions aux fondations accumulées à partir de l’époque antique et médiévale. Dans les sous-sols du Grand Hôtel Majestic “già Baglioni” il est possible de voir encore aujourd’hui une portion de la route qui appartenait à l’un des decumanus mineurs, d’environ dix mètres, et qui se caractérise par son excellent état de conservation. En outre, il est possible d’en observer sa composition stratigraphique.

L’édifice du séminaire archiépiscopal fut vendu à la Curie en juin 1909 et transformé en hôtel par l’ingénieur Gasperini. Son emplacement spécifique, la proximité des théâtres et des lieux à la mode à cette époque, firent bien vite du Baglioni une des destinations inévitables du tourisme de classe. Un nouvel étage sera créé en 1924. La nuit du 18 octobre 1944, dans le but de sévir contre un commando nazi installé au Baglioni, six membres du G.A.P. (Groupes d’Action Patriotique) placèrent une caisse de trinitrotoluène (TNT) près de l’ hôtel, détruisant la partie centrale de l’édifice et une partie de sa façade. L’aspect actuel est donc du à des reconstructions partielles après cette date.

Fresques et peintures a Il Camerino d'Europa

Au premier étage du Grand Hôtel Majestic già Baglioni on peut admirer une salle dont les fresques sont d’un intérêt majeur d’un point de vue historique par rapport à toutes les constructions civiles de Bologne. Le Camerino d’Europe (le « vestibule »), fut certainement la première commande importante confiée aux deux frères Augustin et Annibal Carrache. La dynamique fortuite de l’attribution aux deux jeunes peintres bolonais eut comme protagoniste le père Antonio, qui, en tant que couturier du Conte Filippo Fava, encouragea fortement le noble à confier l’œuvre à ses enfants, qui acceptèrent de peindre la salle pour une maigre récompense. D’un point de vue artistique la valeur de cette réalisation est cependant très élevée. Ce « cycle » qui intéresse seulement la partie haute des murs en se développant comme une frise, évoque des modèles stylistiques que Raphaël et son cercle de collaborateurs avaient des années auparavant utilisés et proposés à Rome.

Dans cette salle, dont le don de synthèse presque cinématographique est admirable, est concentrée en quatre scènes (inspirées du second livre des métamorphoses d’Ovide) l’histoire d’Europe, jeune fille phénicienne qui, aimée de Zeus, fut enlevée par le dieu qui s’était métamorphosé en taureau, et emmenée sur l’île de Crête. De leur union naquit Minos, roi mythique de l’île.

La narration est articulée en quatre épisodes divisés ainsi : Zeus, transformé en taureau, se fait approcher par Europe. Zeus se fait conduire par Europe. Europe monte sur le dos du taureau. L’enlèvement d’Europe. De faux bas-reliefs sur les côtés des tableaux et des décorations grotesques complètent la frise.

Il est encore aujourd’hui difficile d’attribuer la paternité de cette œuvre avec certitude, ou une de ses parties, à l’un ou à l’autre des frères Carrache. Les théories de la critique d’art ont tracé dans le temps une grande gamme de possibilités. Parmi les spécialistes, certains soutiennent une presque égale subdivision de l’œuvre entre Annibal et Augustin, d’autres perçoivent une prédominance d’Augustin, et d’autres encore pensent reconnaître Annibal comme étant l’auteur des quatre créations d’Europe (c’est la thèse la plus créditée) et Augustin le réalisateur des décorations grotesques. Cette dernière hypothèse mettrait Annibal dans un ordre d’importance différent par rapport à Augustin, même si c’est dans les décorations grotesques de ce vestibule que l’on rencontre, de par son originalité et de par sa cohérence philologique, un des éléments les plus intéressants de toute la frise.

D’autres encore considèrent l’éventualité d’une participation parallèle du cousin Ludovic. Il est bon de préciser que les critiques d’art sont d’accord pour attribuer à Annibal la partie représentant Europe montant sur le dos du taureau. Attributions mises à part, la seule chose dont on est sûr est la date d’exécution des travaux. L’inscription portant la date 1584, dans une autre salle du Palais Fava, à la base des fresques représentant les aventures de Jason, imaginées comme étant immédiatement successives aux fresques d’Europe, ferait penser pour le Camerino à une réalisation antérieure à 1583.

Les fresques dans la salle du restaurant de l’hôtel sont également d’un intérêt certain. Elles représentent le Mythe de Phaéton, immortalisé alors qu’il est précipité, foudroyé par une flèche de Zeus, et sont encadrées par des décorations grotesques sur le modèle ancien. Dans ce cas, le problème d’attribution s’avère plus délicat et encore ouvert à ce jour. On pense que la décoration de ces oeuvres appartient à une phase précédant l’intervention des Carrache et par conséquent sont à exclure les peintres Francesco Albani ou encore Bartolomeo Cesi, qui travaillèrent au Palais Fava après les Carrache, vers 1598, et se concentrèrent sur les Salles de l’Enéide, à l’étage noble.

On a alors pensé à un élève de Lorenzo Sabbatini, peintre maniériste bolonais qui fut un disciple du Parmesan et de Vasari et eut l’occasion de travailler non seulement à Bologne mais aussi à Florence pour les Medicis, et à Rome au Vatican.

Les tableaux de grandes dimensions se trouvant aux abords du bar et au premier étage de l’hôtel méritent d’être mentionnés; ce sont des paysages et des vues naturalistes de style 18ème qui, selon l’ancienne habitude des nobles demeures, ont pour but d’établir une connexion ou mieux une continuité entre les espaces internes de l’édifice et la nature qui l’entoure. Difficile dans ce cas d’émettre des hypothèses d’attribution : elles sont là comme témoignages d’un goût et d’un lien avec ce qui nous entoure et qu’aujourd’hui nous ne pouvons que souhaiter.

The Best Price Guarantee

On our official website, we guarantee the best price available.

100% Secure Payments

To confirm reservation with credit card, this website uses a secure server, according to the universal coding standard Secure Socket Layers (SSL).

Dedicated Assistance

Our staff is always available to assist you during the reservation process and offer you the best solution for your stay. CONTACTEZ NOUS at +39 051 225445 or via email at info.ghmajestic@duetorrihotels.com